Saint-Imier, terre d'énergies

Mille et une découvertes s’offrent à vous à Saint-Imier en toutes saisons. L’été, profitez de vous délasser à la piscine de Saint-Imier après une belle balade sur les sentiers des Monts ou du Vallon. L’hiver, dévalez les 30 km de pistes du domaine skiable des Bugnenets-Savagnières ou chaussez vos skis de fond pour découvrir la beauté et le calme du paysage hivernal. A l’entre-saison, flânez dans les musées ou profitez des offres du Parc régional Chasseral. En funiculaire, par un trajet panoramique, rejoignez Mont-Soleil et Les Franches-Montagnes. Profitez de parcourir les environs en VTT ou en trottinettes.

Villeret, porte d'entrée du Chasseral

Mentionné pour la première fois en 1330, Villeret est blotti au pied des pittoresques gorges de la Combe-Grède, face au Chasseral. Mais il faut une bonne dose d’énergie pour gravir les quelque 850 m de dénivelé qui séparent les berges de la Suze de son sommet, le plus haut de la région, titre qu’il porte fièrement avec ses 1607 m. Ce ne sont pas les coureurs de la course pédestre Villeret-Chasseral-Villeret (VCV) qui diront le contraire! Bien d’autres curiosités vous attendent. Partez sans tarder à leur découverte à travers notre village.

Cormoret, la petite Venise d'Erguël

Cormoret possède une grande richesse naturelle: l’eau de ses sources. On en dénombre 25, dont 5 sont des affluents directs de la Suze. La force hydraulique est exploitée depuis le 15e siècle. Les roues, qui permettaient de faire fonctionner moulins et autres forges, sont progressivement remplacées par des turbines. Les 4 turbines encore en activité permettent à la commune d’être autosuffisante en électricité. Le captage des eaux de source alimente en eau potable notre village et plusieurs autres communes. Le nom du lieu-dit «Les Bains» atteste de l’existence de thermes à cet endroit.

Courtelary, patrie du Ragusa

Courtelary tire son nom de CURTIS ALARICI, la ferme d’Alaric. Du patrimoine architectural de ce joli village de près de 1300 habitants, mentionnons: une église romane au choeur orné de fresques médiévales; un château du 17e siècle, autrefois siège de la Seigneurie d’Erguël et aujourd’hui élevé au rang de Préfecture du Jura bernois; un collège «Belle Epoque» datant du siècle dernier. La localité a conservé son caractère essentiellement agricole et artisanal jusqu’à l’aube du 20e siècle.